Entendre ce qu’il y a à savoir

Entendre ce qu’il y a à savoir

Avant d’écrire des histoires qui sont – parfois – devenues des romans, j’écrivais des morceaux d’histoires ; sortes de brèves du temps qui passe… enfin plutôt des brèves sur le moment présent qui avant d’avoir été présent était encore à l’état de futur et se retrouvait invariablement propulsé au passé.

 

… bon ok, à la relecture de la phrase, j’ai un doute… la conjugaison c’est un métier !

 

Ces instants de pause et parfois de grâce où les mots viennent, virevoltes, ne sont pas à prendre à la légère, plutôt que de les garder dans la tête, autant les mettre sur papier… à l’ère de la dématérialisation, le papier commence à faire « ringard » quoique.

J’ai récemment découvert les joies du carnet Moleskine… le carnet Moleskine est à l’écrivain ce que la flûte est au champagne, non, sans blague !

Écrire sur le papier quadrillé d’un Moleskine c’est vachement mieux que sur les carreaux d’un « vulgaire » cahier à spirales – et pourtant, avant, je les trouvais pratiques ces spirales. C’est comme déguster un excellent champagne dans un verre à vin ou pire dans un gobelet, ça vous tue, que dis-je, ça vous atomise les bulles !

 

… bon OK, en vrai, c’est quoi le sujet de ce billet ?

 

Il s’agit d’entendre… mais pas trop.

 

Le métro Falguière Paris 15e débouche sur la place Camille Claudel – je suis fan de Camille Claudel – nichée dans l’un des creux de la rue de Vaugirard. De là, dans une diagonale perpendiculaire – on appréciera au passage mon sens littéraire de la règle géométrique – part la rue Falguière.

Rue Falguière, au numéro 10 se trouve le Centre d’Explorations Fonctionnelles Oto-Neurologiques. C’est ici que je me rends une fois par semaine pour une séance de rééducation du cerveau…

 

Au Centre d’Explorations Fonctionnelles Oto-Neurologiques on s’occupe, entre autres, des personnes souffrant d’acouphènes. Acouphène : « Sensation auditive anormale (bourdonnements, sifflements, tintements) en l’absence de tout stimulus extérieur ».

 

On vous explique avec professionnalisme, patience et gentillesse ce que sont les acouphènes – comment ça fonctionne ou plutôt comment votre cerveau dysfonctionne – et on vous accompagne dans des thérapies qui peuvent être autres que médicamenteuses < ce mot est choisi pour sa construction et sa prononciation qui offrent une vision juste de ce que sont les médicaments dans la majorité des cas de traitement des acouphènes. 

Souffrir d’acouphènes – pour certaines personnes c’est une grande souffrance – n’est pas une finalité, à défaut de solutions radicales, il y a des pistes que chacun peut suivre en fonction de son cas. Quant aux médecins et personnels de ce centre, ils sont parfaits !

 

Le site du centre

 

Le visuel du billet est un trompe-l’œil qui se trouve en face de la place Camille Claudel. L’horloge fonctionne en vrai !

Les commentaires sont clos.