A titre Provisoire

A titre Provisoire

A Titre Provisoire

 

A peine Gabrielle a-t-elle découvert son appartement sens dessus dessous que l’on sonne à sa porte.
La police vient l’interroger à propos de sa compagne : rapidement la disparition de Fanny ne fait aucun doute.
Tandis que Gabrielle va se plonger dans leur histoire pour tenter de comprendre ce qui se passe, le capitaine Marie-Jeanne Paradis va devoir démêler des liens obscurs et inavouables, pour retrouver la jeune photographe.
La vie des deux femmes pourra alors reprendre son cours, même si la vérité les aura à jamais transformées.

Mot de l’éditeur

Véronique Bréger a choisi le suspense pour son 4e roman qui, au détour d’une intrigue habilement menée, nous entraîne dans les méandres de l’histoire récente.

Il était une fois… A titre provisoire

1ers mots : avril 2005

Version initiales achevée : mars 2006

Ce roman est né d’une rencontre. Une histoire dans l’histoire.
La version initiale de En souvenir de demain était à la relecture, j’avais plusieurs projets en tête et je ne parvenais pas à me décider.
J’ai demandé à mon éditrice une idée, elle m’a proposé la « disparition » comme point de départ. L’une des héroïnes devait rentrer chez elle et s’apercevoir que sa copine avait disparu.
A l’époque, je participai à un atelier d’écriture. C’est dans ce cadre que j’ai rencontré Anne. L’un des chantiers d’écriture proposé par l’animatrice nous a permis de travailler ensemble. Cette 1ère collaboration m’en a suggéré une autre… et je n’ai pas tardé à partager l’hypothèse…
Outre sa personnalité et sa sensibilité, Anne dispose d’un atout que je souhaitai mettre à contribution : son métier.
Depuis longtemps je souhaitais écrire une histoire avec un personnage de psychanalyste.

Nous nous sommes retrouvées un matin de printemps 2005 à la table d’un café du 6ème arrondissement de Paris… A proximité de la rue où nous avons décidé que deux des héroïnes, Gabrielle Pascal et Fanny Perpitch, habiteraient.
Le point de départ ayant été fixé, il fallait une trame… causes, conséquences, une ébauche de ce que serait l’histoire… Nous avons bâti le projet entre brioches, croissants et cafés.
J’ai laissé le soin à Anne de créer le personnage de la psychanalyste… de lui donner nom, prénom, chair et âme…
J’ai pris en main Gabrielle et Fanny…
Pour que le suspense donne toute son ampleur il manquait un protagoniste. Au départ c’était un homme, mais rapidement le capitaine de police s’est féminisé.

Au fil de nos échanges, nous nous sommes rendues compte que le travail « à 4 mains » ne pourrait pas se concrétiser comme imaginé au départ. Nous avons donc pris une nouvelle option afin de ne pas bloquer le projet. Anne m’a confié sa psy et elle a suivi l’avancement du chantier en intervenant sur les scènes de psychanalyses.

A titre provisoire est un suspense qui mêle le destin de quatre femmes. La quête en est le sujet principal. Quête de soi, quête de l’autre, quête d’identité…

Les musiques du livre

Pendant l’écriture d’A titre provisoire j’ai écouté…

  • Gabrielle : Rise / Picking up the pieces / Play to win
  • The Organ : Grab That Gun
  • Sarah Bettens : Scream
  • Alanis Morissette : The Collection
  • Indochine : Alice et June

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *